MAS 052: wE dIdN’t StArT tHe FIRE . . ." ???

by nasebohren

>http://img843.imageshack.us/flvplayer.swf?f=Mwedidntstartthefi
mAs_pAiNt_2010
music: Billy Joel
Uploaded with ImageShack.us

War
From Wikipedia, the free encyclopedia

War is a behaviour pattern exhibited by many primate species[1] including humans, and also found in many ant species.[2][3][4] The primary feature of this behaviour pattern is a certain state of organized violent conflict that is engaged in between two or more separate social entities. Such a conflict is always an attempt at altering either the psychological hierarchy or the material hierarchy of domination or equality between two or more groups. In all cases, at least one participant (group) in the conflict perceives the need to either psychologically or materially dominate the other participant. Amongst humans, the perceived need for domination often arises from the belief that either an ideology is so incompatible, or a resource is so scarce, as to threaten the fundamental existence of the one group experiencing the need to dominate the other group. Leaders will sometimes enter into a war under the pretext that their actions are primarily defensive, however when viewed objectively, their actions may more closely resemble a form of unprovoked, unwarranted, or disproportionate aggression.

In all wars, the group(s) experiencing the need to dominate other group(s) are unable and unwilling to accept or permit the possibility of a relationship of fundamental equality to exist between the groups who have opted for group violence (war). The aspect of domination that is a precipitating factor in all wars, i.e. one group wishing to dominate another, is also often a precipitating factor in individual one-on-one violence outside of the context of war, i.e. one individual wishing to dominate another.[5]

In 2003, Nobel Laureate Richard E. Smalley identified war as the sixth (of ten) biggest problems facing the society of mankind for the next fifty years. In the 1832 book “On War”, by Prussian military general and theoretician Carl Von Clausewitz, the author refers to war as the “continuation of political intercourse, carried on with other means.”[6] War is an interaction in which two or more opposing forces have a “struggle of wills”.[7] The term is also used as a metaphor for non-military conflict, such as in the example of class war.

War has generally been considered to be a seemingly inescapable and integral aspect of human culture, its practice not linked to any single type of political organization or society. Rather, as discussed by John Keegan in his History Of Warfare, war is a universal phenomenon whose form and scope is defined by the society that wages it.[8] The conduct of war extends along a continuum, from the almost universal primitive local tribal warfare that began well before recorded human history, to advanced nuclear warfare between global alliances, with the recently developed ultimate potential for human extinction. More recently, other experts Douglas P. Fry and Judith Hand have argued that war only emerges in certain types of societies or cultures, being rare or absent, for example, in nomadic foragers societies and becoming common when humans take up settled living, particularly at the Agricultural Revolution.

Motivations

Motivations for war may be different for those ordering the war than for those undertaking the war. For a state to prosecute a war it must have the support of its leadership, its military forces, and its people. For example, in the Third Punic War, Rome’s leaders may have wished to make war with Carthage for the purpose of eliminating a resurgent rival, while the individual soldiers may have been motivated by a wish to make money. Since many people are involved, a war may acquire a life of its own from the confluence of many different motivations.

The Jewish Talmud describes in the BeReshit Rabbah commentary on the fight between Cain and Abel (Parashot BeReshit XXII:7) that there are three universal reasons for wars: A) Economic, B) Ideological/religious, and C) Power/pride/love (personal).[17]

In Why Nations Go to War, by John G. Stoessinger, the author points out that both sides will claim that morality justifies their fight. He also states that the rationale for beginning a war depends on an overly optimistic assessment of the outcome of hostilities (casualties and costs), and on misperceptions of the enemy’s intentions.

As the strategic and tactical aspects of warfare are always changing, theories and doctrines relating to warfare are often reformulated before, during, and after every major war. Carl Von Clausewitz said, ‘Every age had its own kind of war, its own limiting conditions, and its own peculiar preconceptions.'[18] The one constant factor is war’s employment of organized violence and the resultant destruction of property and/ or lives that necessarily follows.

Economic theories

That economic conditions have stimulated war in all ages is a commonplace of history.[19][20] In this view wars begin as a pursuit of territory for natural resources and for wealth.

“Is there any man, is there any woman, let me say any child here that does not know that the seed of war in the modern world is industrial and commercial rivalry?” – Woodrow Wilson, September 11, 1919, St. Louis.[21]

“In the councils of government, we must guard against the acquisition of unwarranted influence, whether sought or unsought, by the military-industrial complex. The potential for disastrous rise of misplaced power exists and will persist.” – Dwight Eisenhower, Farewell Address, January 17, 1961.

According to Frans de Waal in his book, Age of Empathy, war, in the sense of being an organised conflict is more profitable to societies with the concept of property, than perhaps to Bushmen or other “technology-primitive” humans; he goes to argue that since the bushmen in their struggle for every-day survival and with limited resources, a large conflict with humans is viewed as unthinkable, as it poses a threat to the very survival of these small groups; “Lions”, “hyenas”, crocodiles and especially leopards are more immediate and less dangerous a threat than genocide, these communities being small in numbers without scarcely any technological advancement since the stone Age. Frans de Waal goes to suggests that war is more an affair “of profit and power” (Age of Empathy, Chapter1, page 44 éditions LIL).

Government funded war programs have historically produced some of the most innovative products we know today. The PhDs at the Universities that created things like the transistor were funded by war programs. War funded programs created the cell phone as a way for soldiers to communicate easily from within their tanks over long distances.

War is also very lucrative for central banks in the sense that governments have to borrow large amounts of money from their central bank, to be repayed with interest which the government collects through income tax. Several conspiracy theories claim that central banking systems like the Federal Reserve are secretly owned by international bankers who understand the economic benefits of war and thus manipulate the public to believe on an imaginary national enemy, whether that is terrorism or climate change in order to initiate the war process.

Guerre

La guerre est un conflit armé opposant au moins deux groupes militaires organisés réguliers1. Elle se traduit ainsi par des combats armés, plus ou moins dévastateurs et implique directement ou indirectement des tiers. Elle qualifie donc tous les conflits, qui ont pour principales caractéristiques, la force physique, les armes, la tactique, la stratégie ou la mort de certains de ses participants (soldats, résistants, Franc-tireur etc.) ou de tiers (civils, employés et membres des associations d’aide humanitaire, etc.).

Le sens commun veut que la guerre soit aussi vieille que l’humanité, alors que les peintures anciennes (35 000 ans) ne figurent que des scènes de chasse.[réf. nécessaire] Mais les recherches archéologiques montrent que le sens commun n’a peut-être pas si tort : dès le plus ancien Néolithique en Europe tempérée, les massacres de grands nombres (rendus possibles grâce aux lances, aux arcs, aux frondes et aux masses) sont ainsi présents lors de l’acquisition de la sédentarité (comme à Talheim2), et notamment près des sols facilement mis en valeur. Dans le Djebel Sahaba, au Soudan, une nécropole de type paléolithique tardif (société de chasseurs-cueilleurs) datant de 12 000-10 000 av. J.-C., a révélé le massacre d’une population entière3. Des confrontations entre armées ont eu lieu dès le mésolithique (8000 à 5000 av. J.-C.) près des estuaires et des grands fleuves (Danube, Nil, Indus, Dniepr, Gange). Certains estiment[réf. nécessaire] que chez l’Homme, la guerre est une forme extrême de communication, un « commerce » dans sa signification profonde ou exacte de mise en commun, de partage et d’échange (ici d’agressivité), la guerre économique pouvant alors, sous une apparence plus socialement et éthiquement acceptable, satisfaire d’autres appétits de pouvoirs que ceux qui animaient les auteurs des guerres ethniques, de religions, de classe, etc. Les armes des nouveaux conflits seraient alors la capacité à trouver et manipuler l’argent, l’influence et l’information.

Dans le contexte du droit international les belligérants combattant des groupes irréguliers (rebelles, armée illégale…) remplacent souvent le terme guerre par conflit armé, grande opération de police, lutte contre le terrorisme, pacification, etc.

Toutes les guerres laissent des séquelles, socio-psychologiques, économiques et environnementales qui souvent constituent le germe ou le ferment d’une prochaine guerre, produisant un cercle vicieux entretenu par la haine, le non-respect, la peur de l’autre ou de l’avenir, et la difficulté à négocier.

La structure d’un conflit
Vers la guerre, peinture de (en) Konstantin Savitsky en 1888 illustrant la mobilisation.

La guerre n’est pas une simple manifestation de la violence humaine, elle est un fait social, qui demande une organisation des hommes, une convergence de leur force, vers un objectif unique. Comme toute organisation de la société, elle est hiérarchisée, et se décompose donc en une structure à deux niveaux principaux : le niveau politique qui initie la guerre lorsqu’on la juge souhaitable ou du moins nécessaire, et le niveau tactique, celui de la bataille et du rapport de force qui, par la fortune des armes, donnera raison politiquement à celui des deux belligérants qui aura su faire fléchir l’autre. Par sa violence, son inhumanité, son coût qui peut condamner à la misère des générations, la guerre imposa le niveau intermédiaire qu’est la stratégie, pour rendre plus efficace et plus soutenable le terrible effort de guerre, pour le rationaliser et le rendre plus « rentable ». Un conflit se décompose donc ainsi :

Le niveau politique. Lorsqu’elle ne peut tolérer une situation, et ne peut obtenir satisfaction, la politique décide de l’entrée en guerre, de manière à obtenir la décision (l’acceptation par l’adversaire des termes qu’on veut lui imposer).
Le niveau stratégique. Parce que la guerre est un phénomène extrêmement grave et ne peut être laissé au hasard, elle se doit d’être pensée, ce que fait la stratégie en planifiant, organisant et rationalisant l’utilisation des forces.
Le niveau tactique. Alors que le rôle de la stratégie est d’apporter à la politique le moyen le moins coûteux d’accéder à la décision (en indiquant la façon dont on use de la diplomatie, de l’économie, de la politique, de la force), celui de la tactique est réaliser ce que lui ordonne la stratégie pour obtenir cette décision. Pour simplifier, la tactique est l’art de gagner les batailles, alors que la stratégie est l’art de savoir gagner la guerre, en décidant quand, où et comment faire les batailles.

Réflexion sur la guerre en philosophie

Pour paraphraser Paul Valery- la guerre est un conflit social opposant des hommes qui ne se connaissent pas aux dépens d’homme qui ne se connaissent que trop bien sans jamais s’être vraiment battu.

Les responsables des nations ont considéré depuis longtemps que l’éventualité des guerres étant fréquente, il convenait de s’y préparer. La préparation de ces guerres se fait le plus souvent par l’entraînement d’une ou plusieurs armées. Après la deuxième guerre mondiale, les états ont créé l’ONU qui développe par la coopération et la diplomatie des stratégies de préparation et de maintien de la paix (avec, l’aide de contingents de casques bleus lorsque le stade du conflit armé est atteint).

Depuis l’histoire de la libération de l’Inde, qui s’est terminée au milieu du XX siècle, le Mahatma Gandhi a fait école auprès de certains courants minoritaires qui réfléchissent à des moyens «non-violents» pour régler les conflits entre nations. Ils cherchent à réformer les réflexes ancestraux des nations et des peuples vis-à-vis des guerres.

John Foster Dulles, alors Ministre des Affaires étrangères du Président Eisenhower, a déclaré qu’il y eût deux moyens pour soumettre un pays, par la force des armes et par le contrôle de son économie.

Jacob Bronowski – mathématicien, philosophe et poète réfugiés en Angleterre et aux États-Unis durant les années 1930-40 a estimé que la guerre était le résultat de la conjonction d’une technologie appropriée et de la logique du pillage. L’agriculture avec la domestication des animaux et des plantes a fait sortir l’humanité de l’errance perpétuelle. La domestication du cheval s’insèrerait alors dans cette logique du pillage, le cheval permettant à des nomades de faire des razzias chez des cultivateurs fixés à leurs terres, et aux temps des semailles et des récoltes et voler le fruit de leur travail. La frayeur suscité par ces cavaliers serait la source de la légende du « centaure ». Une tradition de pillage et d’ailleurs de guerre par des cavaliers a persisté en de nombreux lieux et époques, en Afrique, Amérique et Asie.

On peut même considérer que l’état de guerre est naturel, et que c’est la paix qui résulte d’une construction, motivée par les plus grands gains d’un mauvais compromis que de la plus grande victoire. La régulation et le traitement de la guerre sont l’un des sujets majeurs pour les acteurs politiques et religieux et depuis quelques années par l’Organisation des Nations unies et d’autres institutions internationales et des organisations non gouvernementales.

En 1933, à l’initiative de la Société des Nations, Albert Einstein a questionné Sigmund Freud :”Pourquoi la guerre ?”13 et, au terme d’une longue réponse, Freud conclut son courrier “Tout ce qui travaille au développement de la culture travaille aussi contre la guerre”.

Des théoriciens ont émis l’hypothèse que la guerre était aussi une nécessité naturelle pour réguler la population humaine. C’est une idée qui semble assez communément partagée, qui voudrait que malgré son « intelligence » l’humanité ne saurait se réguler autrement, mais cette théorie est infirmée par au moins deux faits ;

les guerres même les plus sanglantes ont eu un impact provisoire et limité sur la démographie humaine (la dernière guerre mondiale ayant même suscité un baby boom).
Quand le niveau de vie augmente, la population se stabilise, et en Europe depuis la période de paix (interne au moins), la démographie s’est rapidement stabilisée.

Opinion d’André Maurois

Dans Les silences du colonel Bramble André Maurois voit la guerre comme aussi inévitable que les mouvements d’un dormeur dans son sommeil : suite à un immobilisme prolongé, des parties du corps éprouvent des soucis qui se cumulent avec le temps d’approvisionnement en ressources, et la souffrance engendrée déclenche une tentative de retournement brutale. Après s’ensuit un nouveau calme, temporaire, à l’issue duquel le cycle recommence.